Physiologie de l’équilibre

Physiologie de l’équilibre

Dossiers en 5 parties:

Sur cette page

  • Physiologie de l’équilibre

Page suivante

Pour consultez le rapport dans son intégralité au format word (3Mo) veuillez cliquer sur ce lien.

 

Physiologie de l’équilibre

Définitions

LAROUSSE MEDICAL :
Équilibre : « Fonction permettant à l’être humain d’avoir conscience de la position de son corps dans l’espace et de le contrôler. Le contrôle de la position du corps est assuré par trois systèmes sensoriels : les systèmes visuel, proprioceptif et vestibulaire. (…) Ces trois systèmes envoient leurs informations à des centres nerveux situés dans l’encéphale, le tronc cérébral et surtout le cervelet, qui les analysent et, en réponse, élaborent des ordres. Le système qui effectue la réponse est constitué par les muscles, qui imposent à chaque région du corps la position exacte qui convient. » [12]
MEDIADICO :
Equilibre : « État de repos d’un corps soumis à des forces égales et contraires qui s’annulent. Etat d’un corps qui se tient debout. Stabilité, harmonie  » [55]
ACADEMIE FRANCAISE :
Équilibre : « État des corps maintenus en repos sous l’influence de plusieurs forces qui se contrebalancent exactement. (…) Faire que son poids se partage également des deux côtés d’un point d’appui, en sorte qu’elle reste immobile et ne penche ni de l’un ni de l’autre côté. » [54]

Le système d’équilibration

La posture et l’équilibre sont fonction du traitement central des informations qu’élaborent les capteurs sensoriels et l’utilisation faite par le système nerveux central pour la perception et le contrôle de la mobilité de la chaîne pluri articulaire. « L’équilibre est la fonction sensori-motrice qui assure en permanence la stabilité dynamique de la posture. »
Les informations sensorielles (proprioceptives, vestibulaires et visuelles) permettent de connaître le tonus musculaire et la position du corps dans l’espace. Elles permettent ainsi l’élaboration des réponses motrices issues principalement de la musculature antigravitaire du maintien statique et de la musculature permettant les ajustements posturaux nécessaires en condition dynamique.

  • Capteurs périphériques
    • Les récepteurs myo articulaires ou proprioceptifs
      • Les récepteurs fusoriaux
      • Les récepteurs tendineux de golgi
      • Les récepteurs articulaires
      • Les récepteurs cutanés (extérocepteurs)
        • Les mécanorécepteurs
        • Les nocicepteurs
    • Le capteur podal
    • Récepteurs labyrinthiques
      • Le labyrinthe osseux
      • Le labyrinthe membraneux
        • Les canaux semi-circulaires
        • Utricule et Saccule
    • Récepteurs visuels
    • L’appareil manducateur
  • Centres intégrateurs
    • Moelle épinière
      • Le faisceau extrapyramidal
      • Le faisceau rubo-spinal
      • Les faisceaux vestibulo-spinaux latéral et médian
      • Le faisceau réticulo-spinal
    • Noyaux réticulés et vestibulaires:
      • Les noyaux réticulés
      • Les noyaux vestibulaires
    • Cervelet
      • L’archéo-cérébellum
      • Le paléo-cérébellum
      • Le néo-cérébellum
    • Cortex Cérébral
    • Les noyaux gris centraux
      • Le striatum (noyau caudé et putamen)
      • Le globus pallidus interne et externe
      • Le thalamus
      • Les noyaux sous thalamiques
  • Réponses motrices
    • Les réactions de soutien
    • Les réactions d’adaptation statique
      • Réflexe vestibulo-collique (RVC)
      • Réflexe cervico-oculaire (RCO)
      • Réflexe cervico-collique (RCC)
      • Réflexe vestibulo-oculaire
      • Réflexe vestibulo-spinal
    • Les réactions de redressement
    • Les réactions d’équilibration